Le symposium, qui s’est tenu dans le cadre historique du Centre des congrès de l’Université de Naples Federico II, a été organisé dans le contexte du projet Erasmus+ E-Health4Cancer dans le but de rassembler toutes les parties prenantes impliquées dans le soutien aux patients atteints de cancer et à leurs soignants. Le point de vue des oncologues et, plus généralement, des médecins et des professionnels de la santé a été complété par celui des associations d’aidants, des sociologues et des ingénieurs, afin de partager différentes perspectives et différents points de vue, l’objectif final étant de promouvoir et de stimuler la numérisation des soins en cancérologie en partageant des pratiques exemplaires dans l’utilisation de solutions d’e-santé non cliniques à travers l’Europe. Le cancer reste un problème de santé mondial urgent, et le nombre de nouveaux cas devrait augmenter de manière significative au cours de la prochaine décennie. Le projet E-Health4Cancer vise à faciliter l’accès des patients et des soignants européens à des solutions d’e-santé non cliniques abordables et conviviales. En créant un guide complet sur les bonnes pratiques en matière de solutions d’e-santé non cliniques, le projet vise à fournir des indications pratiques pour une gestion plus efficace de la santé, permettant aux patients de participer activement à leurs soins. Le symposium a servi de forum pour la fertilisation croisée entre divers experts – tous unis dans leur poursuite commune de l’avancement des soins contre le cancer. L’échange de connaissances et d’expériences devrait contribuer de manière significative à l’un des défis les plus pressants pour l’Union européenne, à savoir l’amélioration des soins contre le cancer dans toute l’Europe. Le symposium a débuté par un accueil chaleureux de Pietro De Lellis, professeur associé à l’Université de Naples Federico II (UNINA, l’université hôte et partenaire de E-Health4Cancer), qui a partagé les salutations de Ciro Verdoliva, directeur général de l’Unité sanitaire locale de Naples (ASL Napoli 1), partenaire associé de E-Health4Cancer, et de Cristina Mele, déléguée du Recteur pour l’innovation et la troisième mission de l’Université de Naples. Recteur pour l’Innovation et la Troisième Mission de la même Université, qui a exprimé le soutien du Recteur pour les initiatives menées dans le cadre du projet. Le premier orateur de la réunion, Vaia Pantazi, de Kapa3, coordinateur du projet, a donné un aperçu des principaux objectifs du projet E-Health4Cancer, décrivant les principaux résultats obtenus jusqu’à présent et définissant les prochaines étapes pour l’équipe. Ensuite, avec Mattia Pirani, délégué de la Small Medium Enterprise Innovation to Grow et membre du projet européen DIOPTRA, nous avons découvert comment des applications de pointe peuvent être conçues pour favoriser le dépistage du cancer. Mattia a illustré une application innovante, en cours de développement dans le cadre du projet DIOPTRA, pour la prévention du cancer colorectal. Des synergies intéressantes entre E-Health4Cancer et DIOPTRA ont été constatées, ouvrant la voie à de futures initiatives conjointes. La session de l’après-midi a présenté des initiatives locales pour les patients atteints de cancer qui ont été mises en œuvre dans la région de Campanie, qui est la troisième région la plus peuplée d’Italie (5,82 millions d’habitants) et la plus densément peuplée (410 habitants par kilomètre carré). Le Dr Tiziana Spinosa, partenaire associé du projet au sein de l’unité sanitaire locale ASL Napoli 1, a décrit la plateforme en ligne intégrée, le réseau d’oncologie de Campanie (ROC), qui a unifié l’accès aux soins contre le cancer pour tous les patients de la région. Le Dr Bruno Daniele, chef du Centre de référence multispécialité en oncologie (CORP) à l’Ospedale del Mare, a donné un aperçu de cette approche innovante et intégrée des soins oncologiques, en montrant comment la plateforme numérique a permis de réduire considérablement les délais de traitement pour les patients. La deuxième journée du symposium a commencé par une exploration des pratiques de soins en cancérologie, avec Lars Münter, du partenaire du projet DCHE, qui est un champion dévoué à la culture de la santé et à l’autosoin en Europe, et qui a illustré l’aperçu préliminaire des meilleures pratiques qui seront incluses dans le guide de soutien aux patients atteints de cancer et à leurs soignants. Camilla Ancona, doctorante en Techonology, Innovation, and Management de l’Université de Naples Federico II, a présenté un examen critique des solutions de santé en ligne existantes en Italie et en Europe, offrant un aperçu précieux du paysage actuel. Le symposium s’est poursuivi par une session sur les aspects psychologiques complexes du parcours d’un patient atteint d’un cancer et de ses soignants, avec le Dr Valerio Imondi, psychologue spécialisé dans le soutien aux patients atteints d’un cancer. Le symposium a été idéalement conclu par le discours sincère de Fokion Dimitriadis, du partenaire du projet EPIONI, qui a défendu les droits et les besoins des aidants informels, qui font le gros du travail en soutenant les patients atteints de cancer lorsque le système de soins de santé n’intervient pas ou ne peut pas intervenir. En accueillant ces éminents professionnels de la pensée et défenseurs des droits, le symposium de Naples est en passe de devenir un catalyseur de l’amélioration du système numérique de soins de santé pour les personnes atteintes d’un cancer.